SOS Rock ‘N’ Roll

Sylvain Côté est heureux de collaborer avec les musiciens du spectacle le 9 décembre prochain.

Le 09 décembre prochain à 20h00, SOS R’N’R sera en spectacle avec les membres fondateurs et musiciens ayant transité chez Offenbach dont Johnny Gravel (guitare), Pierre Harel (voix), Breen LeBoeuf (basse, voix), Pat Martel (batterie, voix), Martin Deschamps (voix), George Papafilys (guitare), André Bisson (orgue B3, clavier), ainsi qu’un artiste invité : Raphael Boulet (batterie), fils de Denis et neveu de Gerry Boulet, qui viendra rejoindre ses amis sur scène. Ces derniers étant très sensible à la cause de l’église St-George’s, ils offriront un spectacle mémorable, historique, empreint de pure émotion, de nostalgie, et d’un rock flamboyant en Québécois et en Latin. Pour une bonne cause, les 300 billets disponibles ont trouvés preneurs plus de 7 semaines avant la date du spectacle!

Comme bien des églises en difficulté financière de nos jours, le bedeau M. John Tétreault, responsable de la Fabrique de l’Église Épiscopale St-George’s Anglican Church de Granby a décidé de prendre les grands moyens pour venir en aide à cette dernière et d’assurer sa subsistance. La Fabrique s’est dotée d’une scène amovible pour y présenter des spectacles musicaux de tous genres. L’initiative fut inaugurée en 2014 et depuis, le nombre de spectacle ne cesse d’augmenter à chaque année.

«Contrairement aux églises construites en marbre, l’acoustique est excellente ici parce que le bois et le plâtre absorbent le son et empêche la résonnance. C’est comme si on se retrouvait à l’intérieur d’un haut-parleur», poursuit M. Tétreault.

Grâce à des rénovations qui ont permis, en autres, l’installation de la scène amovible à l’avant de la nef, des événements et des représentations musicales ont lieux dans le bâtiment construit en 1908 situé au 130, rue Principale, Granby, Qc, J2G 2V2, et qui peut accueillir près de 300 personnes.

Les amateurs de vrai rock québécois seront comblés!

Source : Facebook SOS R’N’R Hommage aux Musiciens et Paroliers ayant transité chez Offenbach

Seul à seul

img_3091Cet automne, Sylvain Côté sera l’animateur de la nouvelle émission «Seul à seul» diffusée sur la télévision locale d’Argenteuil, TVC d’Argenteuil au canal 9. Des rencontres, des témoignages, des moments uniques seront racontés dans cette émission de 30 minutes. Les tournages ont débutés la semaine dernière et se poursuivent cette semaine. Nous vous donnerons plus de détails lors de la première diffusion de l’émission dans la semaine du 3 octobre 2016.

Ces cinq minutes là!

Carte-Deces-Mere-Sylvain-2LES CINQ DERNIÈRES MINUTES :

Vendredi, 5 septembre, il est 9h09. Ma mère me demande de lui apporter des Robaxacet pour ses douleurs musculaires. Je lui demande si elle peut attendre après mon travail. Elle me fait comprendre qu’elle a vraiment mal et me supplie de lui en apporter sur mon heure de diner. J’ai alors pris ma matinée de congé. De toute façon, j’ai eu mal à la tête toute la nuit. 10h10 je quitte la pharmacie avec les médicaments. 10h25 j’arrive chez elle. Elle m’ouvre la porte et est heureuse de me voir. Elle me raconte qu’elle a mal à son poumon, et prétend que c’est à cause de l’air climatisée.

10656318_10152336539361500_1394234082_nElle dit avoir mal dans le corps aussi, au niveau du dos, des hanches et des bras. Elle me paie la facture des Robaxacet. Je m’amuse avec les chiens. Ils sont content de me voir. Elle s’assoie sur sa chaise d’ordinateur. Moi sur son lit. Je flatte le chien et me mentionne qu’elle vient de prendre un bain chaud et qu’elle se sent si bien dans un bain chaud. Au même moment, tel un coup de vent, son âme s’envole, son coeur cesse de battre et tombe à quelques centimètre de moi au sol, il est 10h30. Je repousse le chien. Je suis en état de panique, mais me resaisis rapidement et prend conscience de la gravité de la chose. Je repousse les chiens à nouveau, qui s’empressent de venir lécher le visage de maman, inerte au sol qui relâche ses derniers souffles de vie. J’ai sue que son âme n’y était plus, car son regard ne communiquait plus avec le miens, elle avait de la bave dans la bouche qui faisait des balounes et sa langue s’est mise à épaissir très rapidement.

Je l’ai couché rapidement sur le dos afin de pouvoir essayer de l’aider à respirer. J’ai alors courrut vers mon auto en sautant les 5 marches qui y avait. Je les ai remonté aussi rapidement. 9-1-1. Rapidement j’annonce l’adresse, commandant une ambulance d’urgence. Le signal coupe. Je suis dans le bois. Je repart vers la maison en courrant. Maman ne respire plus. Je retourne dehors. 9-1-1. Je veux être sur que les secours sont en route. Le signal coupe. Je recours en dedans pour faire un mini massage cardiaque (qu’on m’a appris à faire). Je sort à nouveau dehors. On me confirme qu’une ambulance est en route. Le signal coupe à nouveau. Je ne rapelle pas, et je retourne à l’intérieur.

UntitledToujours inerte au sol, ne présentant plus de signes vitaux. Les chiens qui me regardent paniquer et qui savent ce qui se passent, s’assoient devant la maison. Les ambulanciers arrivent. Les chiens reste assis et n’achalent pas les hommes, pourtant ils ne sont jamais sages quand il y a de la visite. Les manoeuvres de réanimation commencent. Rien de positif. En état de choc complet, j’offre mon aide aux corps amubulanciers pour n’importe quoi. J’suis complètement anéantis. Je me demande ce qui se passe. Je venais de lui parler, de la voir, de la toucher de son vivant. Rapidement, il est impossible pour les ambulanciers de la ramener à elle.

Direction Hôpital d’Hawkesbury. Je profite du temps que j’ai pour avertir ma soeur, ensuite mon père, qui lui, est à l’extérieur pour le travail pour trois semaines. Il est déjà en route pour la maison au moment où je raccroche avec lui. Arrivé à l’hôpital, les gens ont été tellement gentil. J’étais en état de choc. Ces cinq dernières minutes ne cessent de jouer en boucle dans ma tête. J’ai dût l’avoir raconté 40 fois depuis une heure. On m’annonce à 12h00 qu’il est trop tard et qu’ils ont cessé le processus.

Je comprend parfaitement et accepte les sympathies du personnel. On m’apporte à elle. Je suis en larme, sous le choc et je me sent alors très fort d’avoir déjà passé la dernière heure passée. Ma soeur est en route pour venir la voir.

Ce soir là, moi, mon père et ma soeur, avons beaucoup discutés. On s’est pris dans nos bras et essayons de comprendre. J’attends à ce moment là, l’autopsie du coroner. Je veux savoir pourquoi ma mère s’est jetée au sol comme ça. J’apprend pas longtemps après, par le coroner que ma maman, avait eu un malaise cardique, et qu’en réalité, ce n’était pas à son poumon qu’elle avait mal. Elle était entrain de faire une crise cardiaque. Telle une virgule dans le temps, une seconde à l’horloge ou un souffle du vent, maman nous a quittée aussi rapidement.

Je voyais maman trois ou quatre fois par semaine. On se parlait chaque jour. Ça sera difficile pour moi de changer la routine. Elle était ma plus grande fan. Elle connaissait tout sur mes horaires. Elle savait où j’étais, quand je revenais.

_DSC0768LES «ROADTRIP»

Beaucoup d’entre-vous savent que j’ai fait un excellent voyage, innoubliable en juillet dernier avec ma mère. Ce sont de beaux souvenirs que je garde en tête. Un cadeau de la vie d’avoir partagé ça avec. Ma mère m’a souvent accompagnée dans mes grandes aventures. Elle est venue avec moi faire le tour du Québec. Nous sommes allés partout en province pour des vacances. Moi et elle. Juste moi et elle.

C’est triste ce que j’ai vécu, mais je me console en disant qu’une chance que je suis arrivé plus de bonne heure, sans ça, peut-être je me serais senti coupable d’être arrivé en retard. Merci la vie, d’avoir pu, voir au moins maman, ses cinq dernières minutes. Ça été les minutes les plus importantes de ma vie jusqu’à maintenant.

J’ai le goût de lui dire à quel point les fleurs de son jardins sont belles. De lui dire que les légumes de son jardin sont délicieux. Que sa musique me fait pleurer. Que ses photos me font sourir. Mais au fond, même si j’ai le goût de lui dire, je sais qu’elle le sait. On s’est toute déjà dit ça dernièrement. Il y a une chose qu’on ne pourra jamais battre : Le temps.

Carte-Deces-Mere-Sylvain-1J’ai reçu des centaines de témoignages d’amis, de connaissances et de gens avec qui j’ai collaboré dans ma vie. Des artistes que maman aimait beaucoup qui m’ont témoignés leurs sympathies ou leurs témoignages de cas vécues. Je me rends rapidement compte que je ne suis pas le premier à qui ça arrive, et que la douleur est de même intencité pour tout le monde.

Nous aurions fêtés son anniversaire samedi, le 6 septembre où elle aurait eu 46 ans. J’ai une belle vie malgré tout. Je fais ce que j’aime. Mon agenda est remplie et je ne chôme pas. Cependant, il y a une chose qui n’était pas prévue à l’horaire, soit celle de perdre ma mère.

Des photos

JE NE SUIS PAS PHOTOGRAPHE. JE SUIS CAMÉRAMAN, MONTEUR ET RÉALISATEUR.
Ce mois-ci, on m’a demandé à plusieurs reprises si j’allais mettre des photos sur mon site. À l’occasion j’en met une sur Instagram qui est relié directement au blog. Sinon elles sont pratiquement tous sur la fan page des productions…
Mais je me suis dit que j’allais vous gâter ce mois-ci! Vous verrez plus bas une galerie de photos que j’ai prise cet été.

 

Le retour de Dans Notre Coin

Deuxième saison des épisodes de Dans Notre Coin, ce magasine culturel estival de la région d’Argenteuil. Plusieurs chroniques sont de retour dont les Arts et Spectacles de Sylvain Côté, Le Coin Jeux avec Pascal Paul-Gauthier et les capsules touristiques d’Élodie Saint-Jean. En nouveauté cette année, des capsules restaurations, de paintball, culinaire et actualités font désormais partie de l’émission. La durée de l’émission est désormais passée à une heure comparativement à l’an dernier qui était de trente minutes. Voici le premier épisode de Dans Notre Coin